vendredi 18 avril 2014


Visites:


Album BRIGHT

BRIGHT selon la presse

 


Ecole BRIGHT dans le SOUM

Six ans après leur ouverture pour la plupart, les écoles BRIGHT ont présenté leur première promotion au certificat d’études primaires. Dans le Soum, les élèves des écoles de Aladjou, de Arbilo, de Baní, Djibo secteur 8, de Ouré, entre autres, ont donné l’assurance d’une réussite à ce premier examen. Ces élèves nous ont également parlé de leurs rêves et des souvenirs qu’ils garderont de leur passage dans ces écoles.

Tahadi, le 21 juin 2011. Nous sommes dans l’une des écoles BRIGHT réalisées pour accroitre l’offre éducative et favoriser la scolarisation des filles au Burkina Faso. Dans ce village situé à plus de 60 km de Djibo, les enfants ne connaissent plus les longues marches grâce à la construction de ce complexe scolaire qui comporte un centre d’éveil (Bisongo). L’effectif de la première promotion qui se présente au certificat est éloquent. Sur les 29 élèves, on recense 17 filles. Toute chose qui encourage la poursuite des efforts pour la scolarisation des filles.

Elles s’appellent Zahara, Alimata, Zoenaba, Albertine, Balkissa, Rokiatou. Elles ont en commun d’être filles, elles ont aussi en commun la volonté de poursuivre leurs études au-delà du Certificat d’Etudes Primaire (CEP) en dépit de l’hostilité parfois réel de l’environnement Ce sont des fillettes qui ont entre 12 et 14 ans mais qui auraient pu ne pas faire la moindre étude. Ce sont également des fillettes qui sont confiantes et qui voudraient faire tout ce qu’elles peuvent pour aller le plus loin possible. «  L’école est venue pour nous éclairer. Si je gagne mon CEP je veux aller au collège pour devenir maitresse et éduquer les enfants pour développer le pays », c’est la conviction de Zoenaba qui malgré son jeune âge a conscience des enjeux de l’éducation. A Wobatila, autre village abritant une école BRIGHT, Raïnatou nous a confié que « s’il n’y avait pas eu cette école à Wobatila beaucoup d’entre nous n’aurions pas eu la chance d’aller à l’école. L’école voisine la plus proche, Bélédé, est à 10 km et nous étions petit pour faire ce trajet deux fois par jour »

Harouna, lui a 13 ans et fréquente l’école BRIGHT de Tahadi. Tout comme ses condisciples filles, il se projette au-delà du CEP et rêve de devenir forestier pour apporter sa contribution à la lutte contre la désertification qui frappe de plein fouet cette partie de notre pays. A Ouré, les élèves que nous avons rencontré partage à peu près les mêmes rêves mais aussi les mêmes peurs que leurs camarades. Le vœux de Awa ,écolière de 12 ans, est de continuer ses études : «  car après le CEP je voudrais aller encore plus loin dans mes études pour avoir un bon travail qui va permettre de sortir mes parents de la pauvreté »

A l’heure du départ, pour ceux qui auront le certificat, l’on aperçoit un peu d’amertume dans les propos de ces élèves qui se sentent particulièrement liés à ces écoles.

Abssatou est en classe de CM2 à Baní, 12 km de Djibo, le meilleur souvenir qu’elle garde reste l’organisation de la journée de l’éducation des filles et les sensibilisations qui ont permis d’envoyer beaucoup d’enfant à l’école. Pour l’un des élèves de Ouré : « grâce à cette école nous avons appris beaucoup de choses. Parce qu’on préparait pour nous, on venait tous les jours à l’école et on apprenait bien nos leçons » C’est un chapitre de la vie scolaire de ses enfants qui s’achèvent. Pour la suite de leurs études, au collège notamment, ils savent bien que les choses seront différentes, plus difficiles peut-être en raison de l’éloignement de ce type d’établissements.

Tangouam Leonce/ Plan Kongoussi.



Des enfants fréquentant une des 70 écoles nouvellement ouvertes en attendant les classes définitives au cours de l’année scolaire 2006-2007


Lisa FRANCHETT du Bureau Régional de l’USAID pour l’Afrique de l’Ouest basé à Accra en visite dans une école BRIGHT près de Kaya


1er mars 2010 : cérémonie conjointe de clôture de BRIGHT II , Phase I et de lancement de BRIGHT II


BRIGHT

O1 BP 1184 Ouagadougou 01

Tel :
(+226)50 37 87 33
(+226) 50 37 87 35
(+226) 50 37 87 37
(+226) 50 37 87 38

Fax :
(+226) 50 37 87 39

E-mail
info@brightnews.org


 

Related Links